Le mokele-mbêmbe

On signale cette créature qui ressemble à un dinosaure depuis le début du vingtième siècle au congo dans la foret tropicale. L'animal est décrit ayant une petite tête, un long cou comme celui d'une girafe, le corps de la taille d'un éléphant, quatre pattes et une queue. Il mesure de 8 à 10 mètres.


Appelé " mokele-mbembe " ( celui qui arrête le cours des rivières ) dans le nord du Congo, et " nyamala " au Gabon, il est réputé dangereux par sa force, ( 5 fois celle d'un éléphant ) mais est exclusivement herbivore. Les Pygmées de la forêt disent que l'animal mange principalement le malombo, ( Landolphia ) un végétal de la région.


La première fois que l'on a parlé du mokele mbêmbe fut en 1776 lorsque des missionnaires français, découvrirent de mystérieuses empreintes. A la fin du XIXe siècle, Alfred A. Smith, recueillit au Gabon des récits sur une créature vivant en forêt du Congo. Carl Hagenbeck, un collectionneur allemand, en avait également entendu parler en Rhodésie. En 1913, le baron Von Stein zu Lausnitz , un officier de l'armée allemande, s'aventura dans la région du Likouala ( colonie allemande du Cameroun ), qu'il avait reçu ordre d'explorer.Là aussi, les indigènes lui racontèrent qu'ils avaient vu un énorme animal amphibie qu'ils appelaient le mokele mbêmbe. Ses campagnes d'exploration furent interrompues par la Première Guerre mondiale. En 1924, le naturaliste anglais John G. Millais recueillit un rapport semblable, datant de la fin du dix-neuvième siècle, sur " l'isiququmadevu " du sud-ouest de la Zambie actuelle. C'est seulement après la seconde guerre mondiale que l'existence hypothétique du mokele mbêmbe fut connue du public.


En 1970, l'explorateur James Powell procéda à une étude des récits concernant le mokele au Gabon. Chose surprenante, lorsqu'il montra aux indigènes des illustrations d'animaux divers, c'est celle d'un dinosaure tel le brontosaure qu'ils considérèrent comme étant le plus proche du mokele mbêmbe. James Powell s'associa alors au biochimiste Roy Mackal, de l'Université de Chicago, pour aller explorer les marécages de Likouala. Ils découvrirent que les indigènes y évoquaient eux aussi un animal similaire, qu'ils appelaient aussi le mokele mbêmbe.

Cette découverte mena, au début des années 80, à une expédition plus importante, conduite par Mackal. Ils s'enfoncèrent dans la forêt tropicale et, à l'aide d'un sonar, sondèrent les trous de la Bai où le mokele mbêmbe était censé se trouver. A cet endroit, ils firent deux observations : la végétation alentour était passablement endommagée et d'étranges empreintes de pas apparaissaient au sol ; ensuite ils aperçurent un large sillage provoqué par la plongée d'un gros animal. Ils ne purent continuer plus loin, leurs assistants originaires de la région ne voulurent pas les suivre, de plus la méteo devint mauvaise.


Le seul témoignage oculaire que l'on puisse prendre au sérieux est celui du zoologiste congolais Marcellin Agnagna. En 1983, il affirme avoir observé, dans le lac Télé, un gros animal avec un long cou, qu'il a approché à moins de 250 mètres avant de le voir plonger. La créature ne ressemblait à aucun animal connu en Afrique mais plutôt à un espece de " dinosaure aquatique ".

Un indice matériel assez troublant est la découverte de poids Ashanti ( Afrique de l'ouest ) servant à peser l'or, représentant un dinosaure sauropode, alors qu'il n'y a pas selon les spécialistes animaliers de d'animal ressemblant à un dinosaure en Afrique.

Rory Nugent lors d'une expédition en 1993 a photographié un animal aquatique non-identifié au lac Télé, qu'il pense être le mokele-mbembe. Mais la photographie, prise de loin et très floue, ne permet aucune identification certaine, cependant cela ne semble pas être une farce

 

Pour réagir a cet article, cliquer ici

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×