Atlantide

Le huitième continent disparu...

Une île mystérieuse rempli de secrets, un continent englouti où jadis vivait une civilisation beaucoup plus évoluée que la nôtre, naguère riche de trésors et plus puissante qu'Athènes. Une légende bien fascinante, un mythe authentique ou une réalité terrifiante? Il n'est pas rare aujourd'hui de voir, que ce soit dans une bibliothèque ou dans une librairie trouver des livres qui parlent de l'Atlantide classés à travers les ouvrages qui discutent de fantômes, de fées, des licornes et même des phénomènes inexpliqués. Successivement placée à hauteur des Açores, au coeur de la mer Egée ou sur les rivages de la mer du Nord, l'île fabuleuse décrite par Platon dans le Critias et le Timée correspond certainement à une réalité historique, qui demeure difficile à cerner mais n'en apparaît pas moins indiscutable. Platon aurait vécu sur cette île mystérieuse et en aurait survécu. Mais cette île est-elle l'invention purement sortie de l'imagination de Platon? Plusieurs scientifiques pensent le contraire, car, depuis plus d'un siècles, des tas de découvertes les poussent à croire à la réalité de cette légende. " Écoute donc, Socrate, cette histoire à la vérité fort étrange, mais exactement vraie, comme l'a jadis affirmé Solon, le plus sage des Sept Sages..." Ce serait les paroles même que Platon aurait prononcé. Mais doit-on le croire? Douze mille ans avant l'ère chrétienne, un gigantesque continent se serait englouti dans les profondeurs du Pacifique : c'est sur cette terre que prospérait l'empire de Mu dont les habitants, essaimant vers la Birmanie, l'Inde, le Mexique, la Mésopotamie et l'Égypte, devaient ensuite jeter les fondements de toutes les grandes civilisations historiques, 1'Atlantide ne jouant qu'un rôle de relais dans cette gigantesque aventure. Quels sont les éléments ou les informations qui permettent à certains savants de considérer aujourd'hui l'existence de Mu comme une probabilité qu'il est impossible d'écarter a priori? Peut-on espérer que de nouvelles découvertes vont venir confirmer les fantastiques intuitions de James Churchward et de Louis Claude Vincent, les deux pionniers de l'histoire muenne? Comment expliquer la disparition catastrophique de ce monde fabuleux qui fut sans doute, de nombreux faits permettent de l'affirmer, la terre où se constituèrent les plus hautes traditions spirituelles de l'humanité?

Qu'avons-nous comme preuve?

De nombreux vestiges restent encore à mettre au jour et l'archéologie des îles océaniennes n'en est qu'à ses balbutiements ; certains textes précolombiens ou indiens doivent être complètement réinterprétés pour faire avancer davantage notre connaissance de Mu, mais il est d'ores et déjà possible d'établir une synthèse de tous les faits qui montrent à l'évidence que cette terre paradisiaque, vouée au culte du dieu Soleil, eut une existence historique bien réelle, dont le souvenir s'est conservé dans de nombreux documents et dont les archéologues commencent a redécouvrir les vestiges. Récemment, des chercheurs auraient trouvé dans l'Océan Atlantique plusieurs vestiges de routes, de maisons, de pyramides et de villes qui dateraient de plus de 12 000 ans, alors que c'est historiquement impossible, car les premières villes n'ont-elles été construites, en théorie, que 7 000 ans plus tard! Toutefois, ils ignorent encore totalement ou serait l'emplacement exacte de l'île de l'Atlantide.

Bien réelle dans la tête des gens

La croyance en l'existence d'un vaste continent austral demeura longtemps ancrée dans les esprits européens. Ce qui peut être aisément constaté en consultant les cartes du monde antérieures au XVIIIè siècle. C'est entre 1517 et 1521 que Magellan réalisa la première circumnavigation du globe, découvrant et traversant la " Grande Mer du Sud " déjà reconnue par Balboa sur la côte occidentale de l'Amérique centrale quelques années plus tôt. Magellan, le premier "circumnavigateur" Les Espagnols, installés au Pérou, s'interrogèrent très vite sur ce qu'il était possible de trouver en naviguant vers l'ouest, au sud de l'équateur. Déjà, Juan Fernandez avait découvert au large de la côte chilienne l'île qui porte son nom et où séjourna l'infortuné Alexander Selkirk, qui devait servir de modèle au Robinson Crusoé de Daniel Defoe. Un historien de l'empire inca, Pedro Sarmiento de Gamboa, avait retrouvé dans les traditions indiennes la trace des " Terres de l'Ouest ", d'où l'empereur Tupac Yupanqui aurait rapporté de l'or et des esclaves noirs. Un texte biblique tiré du livre d'Esdras avançait que la surface des mers ne devait égaler que le septième des terres émergées. Enfin, diverses croyances selon lesquelles le volume des terres et des continents devait exactement s'équilibrer entre les deux hémisphères boréal et austral, semblaient confirmer l'existence de vastes terres inconnues dans les mers du Sud. Ce continent, dont on soupçonnait fortement l'existence, apparaît même sur la mappemonde d'Abraham Ortelius, datée de 1570, sous le nom de Tevra australis nondum cognita : partant de la Terre de Feu, le " continent austral " occupe toute la partie méridionale du globe et remonte au nord du tropique du Capricorne à hauteur de 1'Australie.

Vivement intéressé par les découvertes de Sarmiento et persuadé lui aussi qu'il existait de nouveaux mondes à conquérir vers l'ouest, le vice-roi du Pérou, Francisco de Toledo, décida d'organiser une expédition dont le commandement fut confié a son neveu, Alvaro de Mendana de Neira. Partis de Callao, près de Lima, en 1567, le Los Reyes et le Todos los Santos atteignirent en février, après trois mois de navigation, l'archipel des Salomon, ainsi baptisé en raison des quelques traces d'or qui y furent découvertes, vestiges supposés des mines du célèbre roi d'Israël. L'insalubrité du climat et l'hostilité des indigènes cannibales incitèrent les Espagnols à rebrousser chemin et ils purent regagner Acapulco, puis Callao en septembre 1569, prés de deux ans après l'avoir quitté. Il fallut attendre un quart de siècle pour que fût entreprise une nouvelle expédition. Quatre navires quittèrent le Pérou dans la perspective d'aboutir a une véritable implantation coloniale. Pilotée par le Portugais Pedro Fernandes de Queiros, la petite flotte sortit du port de Payta le 16 juin 1595. On découvrit, le 2l juillet, l'archipel des Marquises, ainsi baptisé en l'honneur du marquis de Mendoza, gouverneur du Pérou. Le séjour à Santa Cruz, l'une des îles Salomon, se termina mal puisqu'une épidémie meurtrière décima les équipages et fit périr Mendana lui-même. Il fallut gagner les Philippines et, de là, rejoindre Acapulco, sans avoir découvert le fameux continent fantôme. D'autres chercheurs à cette époque auraient tenter de découvrir cette fabuleuse île pour évangéliser ceux qui y habitent, mais ils échouèrent tous.

 

Sa disparition

Vous êtes-vous déjà demandé comment les Mayas, les Aztèques et les Égyptiens ont pu construire des monuments d'une si grande perfection géométrique et d'une durabilité si incroyable? Le peuple de l'Atlantide avaient des connaissances très évoluées en mathématiques et en astronomie, ont édifié plusieurs pyramides qui remonteraient, dans la majorité des cas, à un moment compris entre 3 000 ans avant Jésus Christ et le début de l'ère chrétienne. Si l'Atlantide a existé, il y a plus de 10 000 ans, elle aurait disparu, selon les hypothèses, à cause d'un terrifiant cataclysme qui serait peut-être dû à un météore, à un renversement des pôles ou encore à une guerre nucléaire ! Personne ne sait pourquoi et comment l'Atlantide a réellement disparu de la carte...Mais la seule chose qui me préoccupe, c'est le fait que cela peut nous arriver à nous aussi...

3 votes. Moyenne 3.67 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site