Une dictée de l'Au-delà

L'INCROYABLE HISTOIRE DE PATIENCE WORTH

Au siècle dernier, un médium américain de St Louis dans le Missouri, Mrs John H. Curran, se passionnait pour le spiritisme et la médiumnité.
Avec l'aide de Mrs. Hutchings, son amie, elle fabriqua une sorte de «oui-ja» automatique en fixant sur la planchette un cadran alphabétique relié à une aiguille mobile permettant de converser avec les esprits avec plus de rapidité et de précision qu'avec la «planchette» ou le «guéridon».
Quand "l'esprit" était là, on pouvait lui poser une question et, lorsqu'on posait son doigt sur l'appareil, l'aiguille se mettait à tourner, se plaçant successivement devant les lettres que le médium notait fidèlement, reconstituant lettre après lettre, les mots et les phrases de la réponse.

Une femme simple
Précisons que Mrs Curran était une femme simple dont les connaissances littéraires et la culture générale restaient pauvres, sa scolarité s'étant achevée à l'âge de 14 ans.
Un soir, Mr. et Mrs Curran se livraient avec quelques amis, ­ parmi lesquels un éditeur ­, à une séance de oui-ja jusque là assez banale et sans grand intérêt, lorsque soudain la planchette se mit à bouger et que l'appareil se mit à épeler, intarrissable, un long et stupéfiant message qui débutait ainsi: «J'ai vécu il y a bien longtemps, aujourd'hui je reviens parmi vous. Mon nom est Patience Worth.»
L'esprit de l'inconnue affirma être né en 1649, dans le Dorsetshire en Angleterre et que bientôt il se ferait connaître par une oeuvre littéraire qu'il dicterait au médium. Pris au jeu, l'éditeur, un dénommé Yost, qui devait sous peu se rendre en Angleterre, demanda des précisions à l'inconnue, ce dont elle s'acquitta de bonne grâce, décrivant avec beaucoup de détails faciles à reconnaître, le pays où elle avait vécu.
Visitant le Dorsetshire, M. Yost ne fut pas peu surpris de retrouver le village et les collines décrites par l'esprit, ainsi que le monastère aujourd'hui en ruine, où selon lui, déroulèrent les épisodes décisifs de la vie de Patience Worth.

Telka
Au cours des mois suivants, l'esprit dicta plusieurs romans historiques, un drame et des poèmes lyriques à Mrs Curran. Le médium avait abandonné le oui-ja pour l'écriture automatique. Inspirée, elle improvisait à la demande, poèmes de genre, ou de circonstances.
Mais le phénomène le plus curieux, ce fut Telka, un long poème de plus de 5000 vers, en dialecte anglo-saxon, que Patience Worth dicta au médium.
Telka fut unique en son genre, non seulement par la pureté de la langue anglo-saxonne, mais aussi par les subtilités syntaxiques et grammaticales qui en faisaient un véritable pastiche de la langue de Shakespeare.
On observa que le poème n'utilisait aucun mot anglais postérieur à 1600. Les dictées de Patience Worth atteignirent la cadence de 110 mots à la minute, sans reprise ni hésitation, ce qui obligea de faire appel à une sténo.


D'après le récit du Dr Walter Franklin Prince


source: atlantidium

 

Pour réagir a cet article cliquer ici

2 votes. Moyenne 2.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×